Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 mai 2009 4 21 /05 /mai /2009 09:39

 Article écrit par : Paul Braicovich, Pierre de Massé et Valentino Beretta 



Les différents types de reproduction de séismes

 

 

            Suite à notre sortie scolaire au centre de recherche européen ( JRC) de Ispra ( Lombardie, Italie ), nous allons vous parler des reproductions de séismes en laboratoire.


Un séisme est une secousse ou une série de secousses brusques ,plus ou moins fortes de l’écorce terrestre, touchant une zone plus ou moins large de la surface du globe. La reproduction de séisme a pour but , entre autre, de tester la résistance des bâtiments aux secousses sismiques.


          Est-il donc possible de reproduire réellement un séisme en laboratoire?


          On s’intéressera dans un premier temps à la technique de la table vibrante, puis à la technique de poussée sur les côtés.

 

tiré d'un document de présentation du laboratoire ELSA, au CCR, centre de recherche européen (Lombardie-Italie)


          Tout d’abord, la technique de la table vibrante  permet d'observer rapidement les dégâts causés par le séisme reproduit et permet à tout moment de changer la puissance de la vibration. Mais l
a reproduction du séisme n'est  pas totalement fiable sur des modèles réduits, car certains phénomènes n'ont pas les mêmes conséquences sur la maquette ou dans la réalité.

Commentaire de Mme ANTHOINE, chercheuse  dans le laboratoire Elsa (CCR) , qui nous a accueillis :

" Effectivement, la technique de la table vibrante est souvent mise en œuvre sur des modèles réduits mais pas toujours. En effet, la réduction d'échelle dépend du modèle original et de la capacité de la table. La petite table vue par les élèves
à ELSA est exclusivement utilisée à des fins didactiques mais les tables vibrantes utilisées en pratique pour les tests sismiques sont beaucoup plus grandes (plusieurs mètres carrés et capacité de quelques dizaines de tonnes). Donc en pratique, les modèles réduits ne sont pas si réduits que ça (échelle 1/3 ou 1/2 par exemple) et les moyens financiers nécessaires sont donc du même ordre que ceux requis pour les tests pseudo-dynamiques. Il existe même quelques tables très puissantes sur lesquelles il est possible de tester des modèles de très grandes dimensions à échelle réelle: par exemple, sur la table vibrante E-défense au Japon, la base du modèle peut être de 20m x 15m et sa masse de 1200 tonnes!  "



          La technique de poussée sur les côtés constitue à appliquer d'importantes forces à intervalles réguliers sur les parties latérales du bâtiment ce qui permet de suivre pas après pas les dégâts causés par le séisme.

 

          Cette technique est malheureusement très difficilement réalisable car il faut de l'espace pour pouvoir l’appliquer. Entre autre les coûts sont élevés puisqu'il faut construire des bâtiments à taille réelle. La reproduction du séisme se déroule lentement car la poussée n'est pas continue ( sinon les risques d'effondrements qui causeraient d'importants dégâts seraient élevés) .

 

Exemple de simulation avec la paroi à réaction du laboratoire ELSA ( CCR )


tiré d'un document de présentation du laboratoire ELSA, au CCR, centre de recherche européen (Lombardie-Italie)

 

  Un séisme peut donc être reproduit de différentes façons en laboratoire mais il faut avant tout rappeler que les séismes naturels sont imprévisibles et causent d'importants dégâts, comme à L'Aquila par exemple. Si les édifices ne sont pas suffisamment résistants aux séismes et si les mesures de préventions au près de la population sont insuffisantes les progrès dans la reproduction de séismes sont vains.


Article validé par Mme ANTHOINE, chercheuse  dans le laboratoire Elsa (CCR)

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Paul Braicovich, Pierre de Massé et Valentino Beretta - dans Elèves de Seconde
commenter cet article

commentaires